Crèche privée, la solution au manque de place dans les crèches publiques ?

Face à un manque de place toujours plus grand dans les crèches publiques, les crèches privées ont pris une importance considérable ces dernières années. Un nouveau marché en vogue qui permet aux municipalités et aux entreprises de proposer à leurs salariés une solution alternative pour garder leurs enfants. La crèche privée est-elle cependant la solution miracle pour combattre le manque de place ?

Les points communs

Que votre enfant soit inscrit dans une crèche publique ou une crèche privée sans parler des crèches d’entreprise, il sera dans tous les cas accueilli en collectivité. Ainsi, il sera toujours accompagné par d’autres enfants (de 3 mois à 3 ans) que ce soit en petite ou grande section. Certaines crèches peuvent même avoir les deux sections réunies.

Pour les activités proposées, les deux sont également similaires, mais le privé possède parfois une plus grande diversité (éveil musical, yoga…) sans être non plus une norme. L’encadrement est quant à elle aussi similaire, le nombre de personnes encadrantes (diplômé) par enfant étant soumis à un contrôle stricte par la PMI. La sécurité se doit ainsi d’être respectée quelle que soit la crèche.

Enfin, il n’est pas tout à fait vrai qu’une crèche privée soit plus chère qu’une publique. Du moins dans la plupart des cas ce sera le même prix ! La différence se fait si vous êtes patron ou en profession libérale, auquel cas vous devrez prendre en charge une participation qui rendra effectivement le prix plus élevé que dans le public.

Les différences majeures

Dans les crèches publiques, vous êtes bien souvent soumis à des horaires strictes qu’il vous faudra respecter avec la plus grande fermeté. A l’inverse, dans le privé il est possible que les crèches offrent une amplitude plus grande pour mieux s’adapter à votre emploi du temps.

En particulier dans les grandes agglomérations où certaines crèches privées peuvent être ouvertes jusqu’à 20h, vous laissant ainsi le temps de sortir du boulot pour aller chercher votre enfant. Ce qui ne veut pas dire non plus que le retard soit toléré ! Au risque de sanction (voire bannissement) en cas de multiples récidives.

Cependant, le véritable point positif d’une crèche privée face à une publique se trouve dans sa capacité à proposer des activités plus diversifiées et qualitatives aux enfants. Chaque crèche privée met ainsi en place ses propres projets pédagogiques et structurels qui peuvent passer par l’apprentissage du langage des signes ou une alimentation biologique par exemple.

Réserver une place en crèche

Vous avez raté les commissions d’attribution de l’année pour une inscription en crèche publique ? Pas de panique, dans le privé vous pouvez vous y prendre tout au long de l’année, mais il vous faudra une participation de l’employeur d’un des deux parents pour confirmer la réservation.

Si dans le public, il vous faudra faire votre demande à un certain mois de grossesse sans être certain d’avoir une place (vous n’êtes pas prioritaire face à un enfant déjà né), dans le privé, vous pouvez très bien réserver une place d’une année pour l’autre. La date de naissance de votre enfant n’a pas d’importance ! 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Retour haut de page